Prémonition (màj le 12/03/2010) Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pierre   
Mercredi, 25 Juin 2008 23:49
Index de l'article
Prémonition (màj le 12/03/2010)
Et en France EDVIGE?
Mais faites les taire !
Notre liberté fout le camp
Atteinte à la liberté d'expression
Toutes les pages

Le réalité atteint la fiction

Qui ne connaît l'excellent ouvrage "1984" écrit en 1948 par George ORWELL (Eric Blair) ?

Que celui qui ne l'a pas lu, court en librairie l'acheter, court en bibliothèque l'emprunter !

En effet en 1948 Eric BLAIR a pressenti ce qui se passe aujourd'hui.

Non Messieurs, Mesdames, les commentateurs et commentatrices de la télévision, je n'ai rien à cacher et ce n'est pas une raison pour me laisser espionner. Votre travail devrait, au contraire, lutter contre cette dérive au lieu de vous y associer complaisamment.

Les débordements viennent d'arriver et le Figaro s'en fait l'écho. Lisez ce qui suit :

Rien actuellement ne nous met à l'abri de tels débordements. Ce n'est pas uniquement dans les dictatures que cela se passe, mais aussi dans nos démocraties. L'Angleterre est pourtant réputée pour respecter plus le droit des citoyens que notre République qui les bafoue.

Quelle a été la position du peuple français - prétendument souverain - avec la constitution ? Il a refusée . Que fait le gouvernement français ? Il passe outre.

Le peuple français n'a pas été le seul à refuser cette constitution alambiquée, le peuple néerlandais aussi, ainsi de le peuple irlandais récemment. Est-il tenu compte de leur volonté ? NENNI !

 

 


 

 

EN FRANCE AUSSI LA RÉALITÉ DÉPASSE LA FICTION

Avec la constitution du fichier EDVIGE la France légalise tout ce qui n'a pas encore été fait hors dans l'Allemagne NAZI en 1933. C'est un pas grave sur l'espionnage de tout citoyen.

En effet lisez bien le texte : Visualiser le Décret

QUI peut être fichier ?

Toutes personnes physiques ou morales

ayant sollicité, exercé ou exerçant

Ø un mandat
· politique,
· syndical,
· économique,

Ø qui jouent un rôle
· institutionnel,
· économique,
· social
· religieux significatif,

Ce qui laisse une grande ouverture au fichage. Le simple fait de participer de façon active à un débat public vous rend éligible au fichage (décret no 91-1051 du 14 octobre 1991). Ce qui est déjà le cas depuis 1991.

QUE fiche-t-on sur vous ?

Les catégories de données à caractère personnel enregistrées dans le traitement mentionné concernant des personnes physiques âgées de treize ans et plus sont les suivantes :

  • – informations ayant trait à l’état civil et à la profession ;
  • – adresses physiques, numéros de téléphone et adresses électroniques ;
  • – signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement ;
  • – titres d’identité ;
  • – immatriculation des véhicules ;
  • – informations fiscales et patrimoniales ;
  • – déplacements et antécédents judiciaires ;
  • – motif de l’enregistrement des données .

En plus sera fiché l’environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes et non fortuites avec elle.

Ce qui ouvre la porte à toute latitude de fichage.

COMMENT sont recueillies les informations ?

Le décret ne stipule pas la manière dont sont collectées et vérifiées ces informations. La personne est fichée sans son consentement comme l'ont été les allemands de l'Est par la STASI.

POUVEZ-VOUS simplement savoir si vous êtes dans le fichier ?

Impossible! Il y aura toujours un filtre entre vous et l'accès au fichier. On ne vous communiquera que ce que l'on veut bien vous communiquer. (C'est comme pour les points du permis de conduire- Vous resterez dans l'ignorance).

Conformément aux dispositions prévues à l’article 41 de la loi du 6 janvier 1978 susvisée, le droit d’accès aux données s’exerce auprès de la Commission nationale de l’informatique et des libertés.

Le droit d’information prévu au I de l’article 32 et le droit d’opposition prévu à l’article 38 de la même loi ne s’appliquent pas au présent traitement.

C'est le règne de l'arbitraire.

AVEZ-VOUS accès à ces informations ?

Voir paragraphe précédent.

Des informations erronées vous sont collées et vous accompagneront toute votre vie.

Votre carrière peut en dépendre.

Sans avoir commis aucun délit vous serez connu des servies de police et présenté comme tel à la Presse.

Ce fichier est une grave atteinte à la liberté individuelle.

SIGNEZ LA PÉTITION CONTRE CE FICHIER QUI NOUS RAPPELLE L'ALLEMAGNE DE 1930 - 1944. (PÉTITION TERMINÉE).

 

 

 


 

La dérive sécuritaire sur laquelle surfe le gouvernement Sarko conduit insensiblement la France sur le chemin de la dictature.

Vous ne me croyez pas. Écoutez, Regardez, Voyez ce qui se passe au tour de vous. L'arbitraire est présent partout, la liberté d'expression est bafouée. La grande presse est muette sur les atteintes à la liberté. La Télévision admet les vidéo-surveillances "Si je n'ai rien à cacher, il n'y a aucun problème à me faire surveiller" propos d'un commentateur de la Télévision nationale.

Vous êtes à tout instant 'flicqué'. Par votre téléphone portable vous êtes suivi à la trace, votre carte bleue renseigne sur vos achats et vos goûts. Vous êtes espionnés à chaque instant et vous ne savez pas par qui. Mais que valent les informations qui sont ainsi recueillies et qui vous seront un jour négatives, pour un emploi par exemple. Vous n'avez pas accès à ces informations. Seule la CNIL y a accès, mais êtes-vous assuré que tout vous sera communiqué ?

Nous n'inventons rien, Des faits récents démontrent cette dérive et l'usage qui en est fait par le gouvernement Sarko :

Des policiers arrêtent des enfants dans les écoles.
Des citoyens sont traînés devant les tribunaux pour avoir « défié » le gouvernement en place.
Un professeur de philo, à Marseille, qui s’est retrouvé au tribunal pour avoir dit « Sarkozy je te vois » dans la Gare Saint Charles.
Une citoyenne entendue par des policiers venus de Paris pour avoir écrit en commentaire sur une vidéo de Nadine Morano « hou la menteuse ».

Où est passée la liberté d'expression du simple citoyen ?

Le peu qui nous reste de la liberté d'expression et d'opposition aux diktats du gouvernement et des puissances d'argent qui l'ont mis en place, risque de nous l'être confisquer par l'article 5 de la loi de programmation militaire concoctée en décret par le gouvernement Sarko, aidé par son premier ministre et par les députés de sa majorité.

15 juin 2009

lu dans Politis

Loi de programmation militaire : Comment faire taire les militants

REPRISE d’ARTICLE

La ministre de l’Intérieur, sur suggestion de l’Élysée et de quelques parlementaires, prépare en secret un arrêté fondé sur un projet de loi signé du Premier ministre et du ministre de la Défense, prêt depuis le mois d’octobre 2008. Il s’agit de la loi 1216 de programmation militaire pour 2009-2014 : un texte plutôt banal s’il ne prévoyait, dans son article 5, de réorganiser et de redéfinir tout ce qui touche à la sécurité intérieure. Ce qui, une fois la loi votée, autorisera la publication d’un ou plusieurs décrets permettant de poursuivre notamment les militants écologistes et associatifs lorsque, par leurs actions, écrits ou propos, ils mettront en cause« les intérêts de l’État ». Dans ces « intérêts » seraient notamment inclus ce qui concerne les centrales, les transports nucléaires et le stockage des déchets, mais aussi ce qui touche aux installations industrielles et aux stockages classés « Seveso », qu’il s’agisse d’usines manipulant des substances dangereuses ou d’aires abritant des cuves de produits chimiques. Ce texte aurait aussi comme conséquence d’aggraver les peines encourues par les faucheurs d’OGM, car il permettrait de poursuivre les individus et les associations mettant en cause les intérêts économiques stratégiques de la France.

Dans l’exposé des motifs de la loi, on trouve en effet ce paragraphe : « Les attributions, déjà codifiées, des ministres de la Défense, de l’Intérieur, des Affaires étrangères, de l’Économie et du Budget sont redéfinies en fonction des différentes politiques qui entrent dans leur champ de compétence et concourent à la stratégie de sécurité nationale. Au-delà de ces modifications, et dans le prolongement des orientations du Livre blanc, des attributions particulières en matière de sécurité nationale du ministre de la justice et des ministres chargés de la Santé, de l’Environnement, des Transports, de l’Énergie et de l’Industrie sont codifiées. »

Au nom de la sécurité nationale, le décret en préparation permettrait donc de placer sous la protection de cette dernière toutes les actions et informations liées, par exemple, à l’environnement et aux infrastructures contestées par les associations de protecteurs de la nature et les organisations écologistes. De la même façon, tout ce qui concerne le changement climatique pourra entrer dans les informations classifiées interdites de divulgation. Classification qui, d’une part, sera bien entendu à la discrétion souveraine du gouvernement en place et qui, d’autre part, sera opposable à la fois aux militants, aux associations et aux juges d’instruction. S’ils existent encore. Les écolos ne sont bien sûr pas les seuls visés : ce texte à tout faire permettrait de poursuivre tous les agissements « déviants ».

II deviendrait donc plus difficile d’exercer une contestation écologique. Ce dispositif pourrait être complété dès l’automne par une circulaire ou un décret - ce n’est pas encore décidé - qui compliquerait la tâche des citoyens et des associations de protection de la nature voulant attaquer des décisions de l’État et des collectivités territoriales devant les tribunaux administratifs. Les élus se disent lassés des remises en cause de permis de construire ou des tracés de routes. Depuis plusieurs années, les associations de maires demandent au gouvernement une restriction de la contestation « administrative » pour abus de pouvoir et non-respect des règles d’enquête publiques. En oubliant de rappeler que le recours aux tribunaux administratifs est souvent la seule arme des écologistes et des associations de protection de la nature.

Entre les possibilités de criminalisation de la contestation écologique et les restrictions aux recours administratifs, si ces deux réformes entrent en vigueur, l’écologie devrait peu à peu cesser de gêner le pouvoir. Pour l’instant, il est encore, au moins, possible de l’écrire sans encourir le risque d’être poursuivi... pour outrage au gouvernement.

Claude-Marie Vadrot

http://www.politis.fr/article7307.html


Commentaires :


18 juin 07:18, par bluboux

Réveillez-vous !

De la dérive sécuritaire à la dictature

Politis révèle dans un article daté du 11 juin (que vous trouverez ci-dessus) que le gouvernement prépare, dans le cadre de la programmation militaire pour la période 2009-2014, un arrêté qui permettra à l’état de poursuivre tous les militants écologistes et associatifs lorsque « par leurs actions, écrits ou propos, ils mettront en cause« les intérêts de l’État ». Ce texte aurait aussi comme conséquence d’aggraver les peines encourues par les faucheurs d’OGM, car il permettrait de poursuivre les individus et les associations mettant en cause les intérêts économiques stratégiques de la France.

A la lecture de cet article je suis resté pantois, complètement assommé. Nous somme en dictature.

Cela fait plusieurs mois que l’on assiste à des « dérives » sécuritaires. Les rapports des organismes internationaux (Ligue des Droits de l’Homme, Amnesty International, Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité) se succèdent sans que l’on assiste à la moindre inflexion... au contraire.

Des policiers arrêtent des enfants dans les écoles, des citoyens sont traînés devant les tribunaux pour avoir « défié » le gouvernement en place (je pense à ce prof de philo, à Marseille, qui s’est retrouvé au tribunal pour avoir dit « Sarkozy je te vois ! » ou cette citoyenne entendue par des policiers venus de Paris pour avoir écrit en commentaire sur une vidéo de Nadine Morano « hou la menteuse »). Et je passe sur la "criminalisation" des mouvements sociaux (syndicalistes arrêtés), les décrets de loi liberticides (délit de solidarité, interdiction de la cagoule), l’affaire des inculpés de Tarnac.

La politique de ce gouvernement est maintenant clairement établie : nous allons vers une dictature. Sarkozy cherche l’affrontement avec le peuple pour justifier une politique de répression.

Nous allons vers de heures bien sombres si nous ne sommes pas capable de réagir dans l’unité.

Citoyens, réveillez-vous avant qu’il ne soit trop tard.

 

Commentaires :


20 juin 13:01

Bonjour,La dictature ! A qui la faute ? Où êtes-vous les 60% d’abtentionnistes ? Sarkozy dirige la France "grâce" à 5 millions de votants alors que nous sommes 44 millions d’inscrits. Ok ,vous êtes dégoûtés, mais delà à ne pas aller voter il y un pas à ne pas franchir, des citoyens sont morts pour le droit de vote !

Français et Française réveillez-vous !

Marc

 


21 juin 22:42, par arthmousse

"Citoyens, réveillez vous !" ; certes !! Mais comment et que faire ???? Les gens ne vont plus aux urnes ( se cf. aux dernières européennes), la dernière journée de mobilisation nationale s’est soldée par un "échec"........... soit les gens jettent l’éponge et se rencognent encore plus dans leur individualisme ( crée de toute pièce par cette sacro sainte société de consommation qui nous étouffe), soit les informations sont sciemment, de moins en moins relayées par les médias, et ce de manière à chloroformer la population.............. soit il y a beaucoup plus de sarkozistes que l’on ne pourrait le croire !!! Lorsque j’écoute mon entourage ( familial et professionnel) discuter au quotidien, j’hallucine !! Les sujets politiques ne sont jamais à l’ordre du jour ; pas plus que la misère sociale grandissante, les problèmes liés à la crise ( j’appartiens et je vis pourtant au sein d’une communauté sociale moyenne qui se paupérise comme ils disent) ; le prix du carburant est en train d’augmenter et ce, juste avant les vacances d’été ( bizarre) ; j’ai entendu parler de la remise au goût du jour de la vignette automobile et ce, avant la fin de l’année civile en cours ; personne n’en parle............ tout est "normal"....... un peu comme si les gens étaient lobotomisés !! Alors encore une fois que faire ??

 

 


25 juin 14:08, d'après sativarun

Quand je pense à ceux qui sont morts pour tous ces droits, d’expression, du peuple qu’on a crée tout ça suite aux siècles des lumières, de la révolution notre république où le suffrage universel direct élit un représentant des citoyens GARANT DE L’INTÉRÊT GÉNÉRAL ET DE LA JUSTICE SOCIALE

pendant un an où j’ai fais mes études dans le milieu culturel cette phrase était le requiem des introductions de chaque cour ! et aujourd’hui L’INVERSE !!!!

(.....)

Aujourd'hui, l’écologie dépasse l’effet de monde tendance des bobos, les faucheurs désobéissants par leurs actes, ont une théorie qui va dans le sens du peuple, et de la terre.

S’il n’est pas encore trop tard... ce n’est que l’été, alors si on peut refuser, où peut -on trouver une manière d’éviter ce pire qui n’est qu’une goutte dans le vase des injustices !

help us !

 

 


Mais dans quel pays vivons-nous ?


Français, votre liberté fout le camp et vous ne réagissez pas.


Sous prétexte de nous protéger et d'assurer notre sécurité, il n'y a de cesse de limiter et de restreindre notre liberté.

Toujours dans le même objectif, l'administration devient tatillonne et soupçonneuse jusqu'à rendre notre univers kafkaïen.

Nous n'avons plus rien à cacher, même pas notre corps que la gente sécuritaire épluche avec des scanners sophistiques dans les aéroports. Il paraît que l'on peut refuser. C'est comme travailler le dimanche. Aller demander aux caissières de supermarchés- ?

Nous sommes pistés à la trace par nos achats avec la carre bleue et dans nos moindres déplacements avec le téléphone portable. Cela revient comme un boomerang, Le maire de Béthune en sait quelque chose.

Des bases entières de données sont collectées sur nous à nos dépens et ces informations risquent à tout moment d'être utilisées contre nous pour réduire notre liberté avec risque d'être incarcérés alors que nous n'avons rien fait.

Ne dites pas que c'est impossible, puisque cela a déjà été. Dans les années 1940-1944, des millions de personnes ont été internées, déportées, torturées, exterminées, pas pour ce qu'elles ont faits, mais pour ce qu'elles étaient : juifs, tziganes, homosexuels ou tous simplement qu'elles ne plaisaient pas à la soldatesque occupante ou à leur voisinage prompt à les dénoncer. Les fiches constituées clandestinement par la police française a largement aidé la chasse de la gestapo.(1)

Ne dites pas que cela n'est plus en usage à notre époque. Pour des résultats de chiffres, la police et la gendarmerie française privent actuellement de liberté des personnes dont leur seul tort est d'avoir contesté des affirmations plus ou moins exactes et elles sont placées en garde à vue pendant des heures sans moyen de prévenir leurs proches. "refus d'obtempérer, rébellion à la force public ou injure à agent" sont  vite avancés par ce personnel assermenté. N'est-ce pas de la restriction arbitraire de liberté ? Les abus sont devenus tellement importants et scandaleux que la presse et certains parlementaires s'émeuvent des gardes à vue avec viol physique et moral des personnes. L'introduction des doigts dans le corps des femmes et des hommes contre leur volonté est une des définitions légale du viol (2).

Les gardes à vue à la françaises et les interrogations sans avocat sont blâmées par les institutions européennes. Des avocats viennent de saisir le Conseil Constitutionnel sur la conformité des gardes à vue avec la constitution. "Nul ne peut être privé de liberté s'il n'a pas été reconnu coupable par un tribunal".

Ne nous dites pas que l'on ne déporte plus les personnes en France. Une jeune fille (Melle Najlae Lhimer) a eu le tort de venir chercher assistance auprès des forces de l'ordre à Châteaurenard (Loiret) contre sa fratrie que la persécutait, elle a été immédiatement expulsée le 20 février 2010 vers  le Maroc où elle risque d'être mariée de force à un inconnu. Elle a eu le tort d'aller chercher secours auprès des gens qui auraient dû la protéger et la défendre(3).

Il faut faire du chiffre et alimenter des bases de données sécuritaires et liberticides d'empreintes génétiques. N'a-t-on évoqué la collecte des empreintes génétiques dans les hôpitaux dès la naissance des bébés. N'a-t-on à une époque collecté les empreintes digitales des français lors des demandes des carters d'identités et ce sans qu'il ait commis aucun délit.

Quand un membre du gouvernement est suspecté, immédiatement les autres politiques, principalement ceux du même parti, parlent de présomption d'innocence qu'il faut respecter, mais ces présomptions d'innocence ne s'appliquent pas pour les autres qui sont jetés à pâture à la presse ou maintenu en détention comme dans l'affaire de Plaine Fougère où un routard est resté au trou alors que les empreintes génétiques sur le bureau du juge le disculpaient.

La suppression du juge d'instruction est un autre coup liberticide. En effet le juge d'instruction n'est pas hiérarchiquement dépendant du gouvernement comme le sont le procureur et le parquet. Cette différence est énorme.

Si la France doit se protéger contre l'immigration déferlante de toute la misère du monde et c'est normal, l'expulsion d'étrangers intégrés, travaillant, payant des charges sociales et des impôts est tout à fait scandaleux. L'absence de discernement dans ces actes est une honte pour notre pays. C'est le résultat d'une politique de chiffre. Même les syndicats de police, pourtant très corporatistes, s'inquiètent de l'ampleur du nombre de gardes à vue ne débouchant sur rien, car elle n'étaient pas fondées.

L'imbécilité de l'administration et des ses exécutants allant jusqu'à contester la nationalité française à des français nés à Dakar, Tananarive, Saigon, ou Tunis est une absurdité et un oubli de l'histoire. En effet ces personnes sont nées de parents français et sont bien nées en France car ces villes à l'époque étaient françaises. A-t-on été cherché des poux dans la tête de Philippe Seguin. Il est bien né à Tunis à ce que je sache. Lui a-t-on, contesté sa nationalité française ?(3)

Conteste-t-on celle de Sarkosy dont les parents ne sont pas nés en France ?

C'est quoi cette manie maintenant de demander aux français de prouver leur nationalité. C'est la meilleure preuve que nous ne sommes plus en liberté.

Dans les pays où règne la liberté il n'y a pas de cartes d'identité.

Oui de tels pays existent. Rien que de l'autre coté de la Manche

 

 

(1) Un grand serviteur de l'état comme le préfet Papon a été condamné comme contributeur zélé à ces déportations. La police française dont la devise  est "honneur et patrie" a prêté main forte à la rafle du Vél'd'hiv. En la circonstance, et l'honneur et la patrie ont été bafoués.

(2) Les trois jeunes filles qui ont été mis en garde à vue dans des conditions aberrantes, ont été reconnues innocentes par la justice. Les faits nécessitaient-ils leur garde a vue et les outrages subis ? Une fut arrêtée chez elle, emmenée en pyjama et menottée comme la pire des criminelles avec 10 heures de privation de liberté.  Oui nous ne sommes plus dans un pays de droit qui respecte les citoyens.

(3) Le 8 mars 2010, le Président de la République donne l'ordre de faire revenir en France l a jeune fille qui y a passé sa jeunesse, depuis ses treize ans, et y a fait ces études (RTL, Le Figaro). C'est grâce à ses copines et à la toile (web) que l'information a pu être relayées par la presse et les médias. Ceci est un désaveu du ministre des "expulsions" aux exécutants en passant par le préfet. nous nous réjouissons de retour de cette personne et qu'elle soit enfin protégée contre les abus dont elle fait l'objet. Merci à la presse et aux médias d'avoir alerté l'opinion publique. Cependant si elle veut revenir elle doit obtenir un visa de l'ambassade de France. Les mesquineries administratives continuent : pour expulser cela a été tout seul.

Suite à l'intervention du chef de l'État, Najlae a obtenu son visa le mercredi 10 mars 2010 à Rabat et va pouvoir revenir en France et être présente à la rentrée des classes lundi. De fait, iI s'avère que son expulsion était illégale car elle avait fait appel au refus des autorités de lui délivrer des papiers et l'appel est suspensif.

Le 13 mars au matin, la jeune Najlae est rentrée en France, pays dont jamais elle aurait dû être expulsée, accueillie à l'aéroport par ses copines du Lycée. Nous nous réjouissons de l'issue heureux de affaire, sans trop d'optimisme car le  visa obtenu est pour un an. Son pays est la France, même si elle est d'origine marocaine.

(4) Suite aux articles parus dans les journaux relatant des mesquineries abusives concernant la preuve de citoyenneté française pour l'obtention de papiers d'identité, cette exigence vexatoire a été levée.

Heureusement que parfois la presse et les médias dénoncent de tels abus. mais elle ne le font pas assez souvent et parfois elle se font complices des atteintes liberticides.

 



Objet : L’intervention de la police ferroviaire, de la Police Nationale en vue d’empêcher une interview de René Revol , candidat de la liste “A gauche Maintenant” aux élections régionales de Languedoc-Roussillon, par les journalistes de i-télé (venus à Nîmes en train…) sur le quai de la gare de Nîmes

 

Une atteinte à la liberté d’expression en Languedoc-Roussillon ?


Vendredi 5 mars 2010, par Webmestre
<http://www.agauchemaintenant.fr/_Webmestre_>

 

René Revol, François Liberti, David Hermet et 120 militants de La liste « A Gauche Maintenant » ont rencontré jeudi 4 Mars les usagers des TER de la Région. Que se soit dans les gares de Perpignan, Castelnaudary, Narbonne, Carcassonne, Montpellier, Béziers, Sète, Nîmes ou Alès, l’accueil a été chaleureux et le plus souvent marqué d’un grand intérêt.
Cependant les militants et les candidats s’étonnent de l’accueil que leur a réservé la SNCF.
L’objet était de discuter de la gratuité des transports, de la défense du service public et de son amélioration : en quoi la direction de la SNCF serait gênée par un tel débat ?
L’intervention de la police ferroviaire, de la Police Nationale en vue d’empêcher une interview de René Revol par les journalistes de i-télé (venus à Nîmes en train…) sur le quai de la gare de Nîmes était-elle justifiée par un risque de trouble relevant de Vigipirate ?
L’agression verbale et les menaces d’incarcération du directeur de la gare de Nîmes vis à vis d’un journaliste relèvent-elles de consignes nationales ou régionales ?
L’exigence de quitter les lieux aux militants présents (qui avaient payé leur billet…) annonce-t-elle la fin de la notion de lieu public pour les gares ?
Ou est-ce que le Conseil Régional sortant, et l’État Sarkozy ne seraient-ils pas, chagrins que la question sur la gratuité l’emporte maintenant, en train de s’entendre dans une attitude commune visant à empêcher le débat, la rencontre entre les propositions de la liste « A Gauche Maintenant » et les usagers.
René Revol et la liste « A gauche Maintenant » élèvent la plus vive protestation et exigent une explication publique du directeur régional de la SNCF.
A Montpellier, le 04 Mars 2010.
René Revol, François Liberti, David Hermet

 


Commentaires de l'AVMV.

Nous n'apportons pas notre soutien à la liste "A Gauche maintenant". nous intervenons pas dans le débat politique, mais nous sommes concernés par toutes les formes d'atteintes aux libertés et à celle d'expression en particulier.

 

Nous avons été interviewés par F3 (Antibes) et la SNCF nous a refuser les quais des gares. Oui il y a bien atteintes aux libertés en France.

Mise à jour le Jeudi, 24 Février 2011 21:52
 
Make Text Bigger Make Text Smaller Reset Text Size
Actuellement en ligne
Nous avons 54 invités en ligne
Statistiques
Affiche le nombre de clics des articles : 1315628
Pour vos vacances

 

Loin des tumultes de la côte
Une villa en Centre Var
Villa
tél : 04 94 73 87 68
Près de l'abbaye cistercienne du Thoronet, concerts et chants. abbaye
Trains Spéciaux Centre Var (màj 10/04/2012)
Trains spéciaux du Centre Var
Festival ferroviaire
festival 2012
Trains d'Halloween

Cliquer sur l'affiche pour l'agrandir.
Train Touristique Centre Var

Un picasso en automne

La saison 2013 fait le plein de trains.
Voir les horaires détaillés des
Prochains départs des trains

Trains réguliers
De Carnoules vers Brignoles
départ à {9H30, 12H15 et} 15H00
De Brignoles vers Carnoules
départ à {11H00 et} 16H35

Les prochains départ de Carnoules :
Mer. 29 mai 2013 (11h30)
Sam. 01 juin 2013 (9h30)
Dim. 02 juin 2013 (9H30)
Dim. 02 juin 2013 (15h)
Mer. 05 juin 2013 (15H)

Dim. 02 juin 2013 (9H30)
Dim. 06 juin 2013 (15h)
Mer. 09 juin 2013 (15H)
Dim. 13 juin
2013 (9H30)
Dim. 13 juin 2013 (15h)

Commandes secrètes Microsoft

Tout savoir sur les
Microsoft Commande NET

Comment supprimer le parasite ISTARTSURF
ADWCleaner

Merci de votre aide

Malgré toute l'attention que nous portons à la rédaction de ce site, il se peut que des erreurs échappent à notre vigilance. Nous vous serions reconnaissant de nous le signaler par contacter-nous . Il se peut que quelques liens soient mal dirigés, merci de nous les signaler.

FNAUT Pays des Maures