LGV-PACA - Courrier de Mr REVERCHON Imprimer Envoyer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Administrateur   
Vendredi, 12 Septembre 2008 09:53

« Madame, Monsieur le Député, Madame, Monsieur le Sénateur,


A quelques jours de la remise des études et choix des équipes de RFF, dans un scénario médiatique bien dosé destiné semble-t-il à nous préparer à accepter de mauvaises nouvelles, de nombreuses prises de position s’expriment à l’égard de la question fondamentale du tracé de la future Ligne à Grande Vitesse (LGV) ferroviaire devant relier la Ville de Nice au réseau correspondant : ces analyses convergent et suggèrent d’abandonner le projet des « métropoles du sud » au profit d’une liaison dite directe via la gare de Aix-Arbois.


Ce concept étriqué et à courte vue est, en fonction des éléments dont je dispose, une véritable faute et une réponse inadaptée aux enjeux fondamentaux et surtout aux besoins de développement et de cohésion des générations futures de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) : il ignore les réflexions du Grenelle de l’Environnement sur les besoins de centralité ou les impératifs de la stratégie de renforcement de la dimension euro méditerranéenne de Marseille et de l’ensemble du fait euro régional.


Aujourd’hui, des conseillers ou des experts s’expriment pour nous dire ce qui serait la position « raisonnable » : espérons qu’il ne s’agit pas des mêmes qui il y a 15 ans n’ont pas su arbitrer entre Aix et l’aéroport (le premier étant avec le recul le bon plan) pour implanter la gare TGV qui aujourd’hui n’est qu’un gigantesque parking à bagnoles au milieu de la garrigue, sans la moindre connexion sérieuse avec les transports en commun de l’agglomération.


1- Si l’unique fonctionnalité en termes d’aménagement du territoire du projet LGV méditerranée est de relier directement point à point Nice et la capitale en 3h35, le débat est clos et cela ne justifie pas d’y consacrer 5,3 milliards d’euros, et d’ailleurs sans doute pas même 3 ou 4 milliards : et les considérations hypothétiques, pour ne pas dire irréalistes dans le contexte de l’explosion des coûts de carburants, sur le rôle de hub international à inventer de l’aéroport de Nice Côte d’Azur (comme d’ailleurs celui de Marseille Provence) ne changent rien à l’affaire.


Placer les choix stratégiques d’un projet, aussi structurant à un horizon séculaire, sur le terrain du seul temps de trajet entre le chef-lieu des Alpes Maritimes et Paris est réducteur, et pour tout dire stupide.


Si l’intérêt économique de cette nouvelle offre dépend d’une durée de trajet supérieure de 10 ou 15 minutes, on doit rappeler que l’attractivité d’une prestation de service ferroviaire dépend certes de la durée (et bien sûr du prix) du trajet, mais au moins autant de sa fréquence.


Ainsi, le fait de disposer toutes les heures d’une liaison vers Paris depuis Marseille Centre (avec d’ores et déjà 2/3 de parts de marché par rapport à l’aérien, et donc pas des capacités de croissance résiduelles importantes) dépend largement du fait que la moitié des trains s’arrêtent en ligne à Aix-Arbois et/ou à Avignon : à cette occasion, tous les familiers professionnels de la ligne ont pu constater que ces compléments représentaient plus de 50% du remplissage. Que je sache, les 8 minutes de temps de chaque stop ne sont pas considérés par les utilisateurs phocéens comme un handicap : ils ont parfaitement compris que la qualité de service pouvait justifier une amplitude de parcours variant de 3h00 à 3h16.


Demain, quand les TGV entre Nice et Paris passeront via l’Arbois et court-circuiteront la gare Saint-Charles, les exploitants y perdront en capacité d’arbitrage sur les arrêts en fonction de la demande de chaque agglomération, mais surtout pour remplir les trains sur Nice et pour optimiser leur remplissage, ils feront une halte pour certains d’entre eux à Aix et/ou Avignon : le résultat concret est que la fréquence des liaisons sur Marseille Centre sera inéluctablement réduite.


Mais, et c’est le plus important, la future LGV doit traduire d’autres ambitions, d’autres fonctionnalités indispensables.


2- Elle doit se concevoir comme l’épine dorsale de l’interconnexion des métropoles du Sud de la Méditerranée : dans 15 ou 20 ans, si la ligne LGV que nous pouvons appeler de nos voeux, a pour jalons principaux Gênes, Nice, Aix-Arbois, Montpellier et Barcelone, c’est une hérésie absolue. Marseille desservi en rebroussement, avec un surcroît de temps de 30 minutes à minima, et des fréquences réduites en conséquence, y perdra toute crédibilité comme métropole de référence de l’Arc Latin et il faudra ranger ce dernier sur les étagères des concepts inaboutis.


Il est inconcevable que les responsables d’entreprises implantées sur Euroméditerranée puissent devoir se rendre sur le plateau de l’Arbois en taxi ou en voiture pour aller à Barcelone !


3- Elle est aussi le support prometteur d’une meilleure efficacité des échanges intra régionaux : que les villes de Nice et Marseille soient en compétition pour le leadership d’une région est dans la nature des choses, que le résultat soit un jeu à somme négative en est une autre.


Faciliter les échanges, que ce soit pour les personnes ou les marchandises, à l’intérieur de la région PACA est un objectif souhaitable : si les liaisons entre les métropoles marseillaises et niçoises, et toulonnaises, ne se font que sur le réseau classique, à vitesse réduite, et en concurrence avec les RER et les TER et les trains de marchandises, nous aurons perdu une occasion unique.


Si l’on veut limiter le recours à la voiture dans le cadre d’une politique de développement durable, il est impératif d’assurer une excellente inter connectivité des réseaux de transports collectifs terrestres de personnes, qu’ils soient internationaux, nationaux, régionaux ou métropolitains : dès lors, il est primordial que les points nodaux soient cohérents et si possible les mêmes.


Miser sur la complémentarité des modes et des services, aux différentes échelles spatiales, sur la facilité des interconnexions des réseaux concernés, est une condition sine qua non de réussite : en d’autres termes, croire que la gare d’Aix-Arbois est un noeud, ou simplement un point du réseau de desserte en transports en commun de l’Aire Métropolitaine Marseillaise, est un contresens. Le coeur de la toile marseillaise est bien évidemment, et pour longtemps, la gare Saint Charles.


Il sera dans la conception qui semble émerger, à peine en exagérant, bientôt plus facile de relier Nice à Paris que d’aller de centre à centre des deux principales agglomérations de notre région : ce n’est pas ainsi que l’on construit une région forte et solidaire !


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


Le Préfet de la région PACA s’est exprimé sur le sujet vendredi dernier dans ce qui ressemble à une communication savamment orchestrée des divers responsables pour nous expliquer pourquoi, « pour des raisons objectives » tenant pour l’essentiel au surcoût du tracé des métropoles (estimé de 1,5 à 2 milliards), il fallait privilégier le tracé évitant Marseille ; et donc comment « nous pouvons nous passer de ce qui est indispensable à une mision porteuse d’avenir » .


Il ne faisait en fait que préparer le fait que la LGV méditerranée était un projet non rentable, qu’il ne pourrait voir le jour qu’avec l’unanimité des acteurs politiques, économiques et sociaux (ce qui ne doit pas être un prétexte facile pour faire n’importe quoi), sur des ambitions à minima, que les échelons territoriaux seraient appelé à participer à son financement pour assurer sa viabilité (on parle d’une contribution des collectivités locales de 60%, soit plus de 3 milliards d’euros, ce qui est considérable).


Certes, on explique qu’avec 1,7 milliard d’euros « économisés », on peut prendre des mesures de compensation : mais, cela ne pourra être que des palliatifs façon cautère sur jambe de bois, car elles ne pourront pas remplacer des fonctionnalités non assumées pour des raisons géographiques rédhibitoires.


Eh bien, à tous ceux qui liront et voudront bien porter une attention bienveillante à ce message, je pense que consacrer 400 euros sur 10 ans, soit 40 euros par an et par habitant de notre région, à un projet amélioré et intelligent, et qui nous engage pour des décennies est un investissement avisé pour nos enfants et les générations à venir (pour ceux qui n’en ont pas conscience, le port de Marseille-Fos est sorti de ses emprises dans le Vieux-Port il y a un siècle et demi !)


Il faut espérer qu’avant de prendre une décision aussi lourde, nos responsables étatiques et politiques se feront une obligation de soupeser tous les aspects et toutes les dimensions d’un projet majeur.


Je vous prie de croire, Madame, Monsieur le Député, Madame, Monsieur le Sénateur, en l’expression de ma parfaite considération.

Marc REVERCHON
Président de l’Union Maritime et Fluviale de Marseille-Fos
Président du Cluster Paca Logistique »




 
Make Text Bigger Make Text Smaller Reset Text Size
Actuellement en ligne
Nous avons 55 invités en ligne
Statistiques
Affiche le nombre de clics des articles : 1315260
Pour vos vacances

 

Loin des tumultes de la côte
Une villa en Centre Var
Villa
tél : 04 94 73 87 68
Près de l'abbaye cistercienne du Thoronet, concerts et chants. abbaye
Trains Spéciaux Centre Var (màj 10/04/2012)
Trains spéciaux du Centre Var
Festival ferroviaire
festival 2012
Trains d'Halloween

Cliquer sur l'affiche pour l'agrandir.
Train Touristique Centre Var

Un picasso en automne

La saison 2013 fait le plein de trains.
Voir les horaires détaillés des
Prochains départs des trains

Trains réguliers
De Carnoules vers Brignoles
départ à {9H30, 12H15 et} 15H00
De Brignoles vers Carnoules
départ à {11H00 et} 16H35

Les prochains départ de Carnoules :
Mer. 29 mai 2013 (11h30)
Sam. 01 juin 2013 (9h30)
Dim. 02 juin 2013 (9H30)
Dim. 02 juin 2013 (15h)
Mer. 05 juin 2013 (15H)

Dim. 02 juin 2013 (9H30)
Dim. 06 juin 2013 (15h)
Mer. 09 juin 2013 (15H)
Dim. 13 juin
2013 (9H30)
Dim. 13 juin 2013 (15h)

Commandes secrètes Microsoft

Tout savoir sur les
Microsoft Commande NET

Comment supprimer le parasite ISTARTSURF
ADWCleaner

Merci de votre aide

Malgré toute l'attention que nous portons à la rédaction de ce site, il se peut que des erreurs échappent à notre vigilance. Nous vous serions reconnaissant de nous le signaler par contacter-nous . Il se peut que quelques liens soient mal dirigés, merci de nous les signaler.

FNAUT Pays des Maures