Le TRAMWAY de TOULON exclu de la manne gouvernementale (mis à jour le 11 mai. 2009) Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Pierre   
Lundi, 11 Mai 2009 03:18

Le tramway de Toulon absent de la manne gouvernementale

N'oublions pas que le maire actuel de Toulon est "Secrétaire d’État chargé de l’Aménagement du territoire, auprès du ministre d’État, ministre de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire" On pourrait penser qu'en tant que tel et comme tout bon secrétaire d'État, l'aménagement et le développement de sa ville serait une priorité : Il n'en est rien.

L'État a décidé de contribuer à hauteur de 800 millions d'euros les 50 projets retenus prioritaires de TCSP (Transport en commun en site propre) de 36 agglomérations françaises. Ces projets concernent l'extension de lignes de métros (Lyon et Marseille), la création de 215 km de ligne de tramway supplémentaires et de 150 km de bus à haut niveau de service (BHNS). Nous aurions aimer y voir figurer la ville de Toulon avec son tramway, véritable arlésienne depuis 1974 où Toulon avait été déclarée ville pilote en ce qui concernait le tramway.

Toulon ne bénéficie pas de cette manne généreusement distribuée aux villes et agglomérations qui ont présenté des projets retenus comme intéressant et pourtant le projet de ligne de vrai tramway de La Seyne à La Garde est un projet intéressants et prioritaires, encore aurait-il fallu que le projet de Toulon soit défendu sérieusement. Les atermoiements et les changements de cap permanents du maire de Toulon plombent la réalisation de cette infrastructure absolument nécessaire à la neuvième métropole de France.

Toulon devra attendre le prochain appel à projets en 2010.

 


 

 

Exit le tramway à Toulon

Donc la mise en place du TCSP avance, mais à vitesse de sénateur asthmatique et rhumatisant.

Tant que le second tube ne sera pas achevé toutes les finances de la ville y sombre comme dans un abîme. C'est le trou noir qui dure et qui dure.......

 

 


 

 

Pas de tramway à Toulon (Ainsi en a décidé Falco)

Montage photographique de TPM (Toulon Provence Méditerranée) montant sur le boulevard de Strasbourg le cuccédané de tramway que l'on propose au Toulonnais.

Aux dires de Monsieur Falco, le tram est cher 585 millions d'euros. (Les tunnels eux ne sont pas chers - c'est vrai c'est pour la voiture) : le premier 350 Millions, le second 300 Millions, l'aménagement induit sur l'A57 230 Millions, soit un total de 880 Millions d'euros. Soit plus de la moitié du surcoût estimé du passage de la LGV-PACA par Marseille et Toulon.)

Ce qui est proposé (imposé) au toulonnais, seraient des véhicules sur pneu, guidé optiquement, sans alimentation par caténaire, avec possibilité de conduite manuelle pour quitter la piste.

Comme on peut le voir il s'agit d'un véhicule routier, immatriculé, en aucun cas d'un tramway. Comment sera apportée l'énergie électrique ? pas un mot. Par batterie, par induction ? Nul ne le sait encore.

Par batterie, il faudra perdre du temps aux terminus pour recharger les batteries. Les véhicules seront sous employés.

Par induction avec des cables enterrés. Que d'énergie sera dissipée lors de l'induction.

Ou alors ces autobus seront équipés de moteurs thermiques, quel sera alors le combustible ?

Comme on peut le voir, Toulon se lance dans un projet mal ficelé qui risque de générer beaucoup de déboires comme l'a fait au paravant le TVR de Nancy et de Caen, solution définitivement abandonnée.

Utiliser des solutions éprouvées fait faire des économies.

N'hésitez pas à donner vos commentaires.

 


 

 

Toulon tout pour la voiture !

Mise à jour du 12/06/2008

Monsieur Hubert FALCO, réélu Maire, a été nommé secrétaire d’État chargé de l’aménagement du territoire.

La construction du deuxième tube redémarre après cinq ans d'interruption. Y a-t-il une relation de cause à effet ? En effet de nouveaux crédits ont été débloqués. Heureusement que cela s'est fait avant le Grenelle de L'environnement souffle Monsieur Guy Gilbert de la DDE.

On se souvient du mauvais sort qui s'est attaché au premier tube : effondrement de galerie, mise en danger d'immeubles, ruissellement, dépassement de budget et changement de la réglementation sur la sécurité suite à l'incendie dans le tunnel du Mont Blanc.

Le deuxième tube devrait coûter 300 millions d'euros. (Il n'y a pas d'argent pour amener la LGV-PACA à Toulon, mais suivant la bonne habitude française il y en a toujours pour les projets routiers.) On travaille au creusement 24 heures/24 et l'avancement est de 30 à 40 mètres par mois. Rappelons que le premier tube coûta 350 millions d'euros.

La mise en service est prévue pour 2011. Ce sera 32.000 voitures et 2.600 poids lourds qui devront traverser la ville d'ouest en est sans aucune sortie ou entrée pour Toulon. Quel aspirateur à voitures ! Où sont les bonnes intentions de diminuer la circulation automobile ? Où est le respect de l'environnement ? Où sont les économies d'énergie et du pétrole en particulier, toujours plus rare et plus cher ?

À Paris, l'emplacement prévu pour une autoroute sous la Défense a été reclassé pour y installer le métro (ligne 1). Cela est conforme au protocole de Kyoto et au respect de la nature. Pas le deuxième tube de Toulon.

Dans tout ça, quant est-il du tramway de Toulon ? Toulon était ville pilote pour le tramway en 1974. Depuis ce dernier est remis aux calendes grecques, pas de décision avant 2012. Mais y aura-t-il un tramway à Toulon ? Rien n'est moins sûr.

Mais les dégâts du deuxième tube ne s'arrêtent pas là. Pour éviter que cela bouchonne dans le tunnel il va falloir agrandir l'autoroute A57 à 34 mètres. (Les paysans manifestent contre la LGV-PACA car elle fait 8 mètres de large, mais pour une autoroute de 34 mètres, on ne bouge pas, on trouve cela très bien.) L'élargissement de l'autoroute sur 9 km n'est pas compté dans les 300 millions d'euros, ce sera une facture de 170 millions d'euros supplémentaires.

Toulon, ville pilote du tramway, développe la voiture, quand bien même cela soit du passé. Marseille et Nice venues plus tard au tramway ont leur tramway. Et Toulon dans tout cela ? Un projet qui n'avance pas.

Aujourd'hui le baril est à 137.07 US$. Monsieur De Marjorie, PDG de Total, table sur un pétrole avant la fin de l'année à 200US$ le baril. Si c'est dans un mois c'est la catastrophe. Mais un 200US$ à la fin de l'année lui semble réaliste.

Au dernières nouvelles, le PDG de GAZPROM dont dépend notre approvisionnement en gaz, dit que ce n'est pas sur un pétrole à 200US$ le baril mais sur un pétrole à 250 US$. Toulon en différant sans cesse le tramway et en optant pour les tunnels, aspirateurs à voitures, et le BUSWAY a fait le meilleur choix. Celui des moyens de transport qui utilisent l'énergie en phase de devenir la plus chère et la plus rare.

Si effectivement le baril monte à de tels sommets, cela démontre que la politique du tout routier menée depuis des années est une erreur et que l'implantation des gares TGV dans les champs de betteraves ou dans les garrigues est une aberration. Il ne faut, pour la LGV-PACA persévérer dans ses errements.

 


 

 

Peux-t-on encore parler de tramway à Toulon ?

Mise à jour du 10/04/2008

Monsieur Hubert FALCO vient d'être réélu maire de Toulon.

Il n'en est plus question. Le projet a été gelé en 2006 au profit du second tube qui absorbe toutes les finances publiques de Toulon pour devenir, une fois achevé, un aspirateur à voitures.

C'est ce que l'on peut appeler un développement écologique, favorisant les émissions de gaz à effet de serre, consommateur d'espace (élargissement induit de l'autoroute Est Toulon), gourmand en énergie importée (pétrole) et polluant. Bref tous les avantages d'un développement durable, protégeant la nature.

Dans la foulée, Monsieur FALCO choisit un moyen de transport en commun moins polluant que le tramway fer : un tramway sur pneu comme à Nancy, Caen ou Clermont-Ferrant. Tout le monde connait la façon calamiteuse dont roulent les TVR de Nancy et Caen. Quant au Translohr, sa transformation en tramway sur fer est étudiée par la constructeur.

Nantes construit un BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) sur une nouvelle voie protégée, convertible en tramway. Quand la fréquentation deviendra suffisante, Nantes le remplacera par un tramway fer

Monsieur FALCO saute immédiatement sur cette idée. Le Tramway de Toulon devient Bus après une étape en trolleybus guidé. Bref on a fait un grand pas en avant. Les bus sont déjà dans Toulon, polluant et secouant les passagers.

Il y aura un grand progrès dans la billetterie par la création d'une carte combinée Bus-Bateau-train. Il semble qu'il s'agisse de la carte Optimum créée par le conseil régional PACA. Cette carte, dans une première phase, ne s'applique qu'aux abonnés du travail ou aux abonnés étudiants. Nous sommes loin d'une tarification unique comme dans la région parisienne.

On envisage toujours d'une prolongation de la ligne ferroviaire Toulon - Hyères vers l'aéroport. Aucun planning de réalisation n'est fourni. Nous craignons que cette prolongation se limite en réalité à Hyères-Plage et que la jonction à l'aéroport se fasse par navettes routières (Même scénario pitoyable qu'Orly-Rail).

Le pôle multimodal Avion - bateau est réalisé, seulement par une marche à pied de 500 mètres avec les valises pour rejoindre l'embarcadère, curieux pôle multimodal.

Nous sommes encore loin d'une refonte en profondeur du transport en commun dans la métropole Toulon Provence Méditerranée.Toulon

Le Conseil Général du Var a positionné, avec une grand sagesse, la gare routière de Toulon contre la gare ferroviaire SNCF, créant ainsi un pôle d'échange très pratique et bien fonctionnel. Cette gare routière est très adéquate et prête à recevoir les passagers débarquant des TVG pour les conduire à destination sur la côte ou dans l'intérieur. C'est une belle réussite.

Si, par contre, la décision de placer la gare de Toulon-TGV hors Toulon-Centre était prise, Toulon deviendra la parfait exemple à ne pas suivre en matière d'échange modal.

La municipalité de Toulon et la Chambre de Commerce de Toulon n'ont toujours pas compris le potentiel économique et touristique de la voie ferrée desservant le port. Toulon est le seul port français de méditerranée avec Sète ayant le train au pied des bateaux. Toulon a la possibilité de lancer des TGV croisières ou des train de pèlerins directement depuis le bateau. La mise en œuvre de tels trains attirera ainsi les bateaux de croisière pourvoyeurs de clientèle pour le commerce local.

 


 

 

Article écrit en 2006

Monsieur Hubert FALCO, nouveau maire de Toulon a décidé de différer le tramway. La priorité est donnée au second tube, tunnel routier sous le centre ville. Le nouveau maire de la Seyne, Arthur PAECHT, estimant que sa ville n'a pas les moyens et qu'il y a des choses plus urgentes, a déclaré: je ferai tout ce que je pourrai pour stopper le projet. Monsieur Michel BRUERE, nouveau Président du SITCAT, est contraint de refléter la nouvelle tendance.
L'Etat reste attaché à une politique de déplacements s'inscrivant dans une perspective de développement durable et donc à la mise en oeuvre des orientations du PDU (Plan de Déplacements Urbains) qui prévoyait notamment la réalisation d'un tramway.
L'Association Toulon Var Déplacements a, lors de son Assemblée Générale du 12 Mai dernier (2005), réaffirmé son soutien à la réalisation du tramway et ce dans les meilleurs délais.<-->

Mise à jour le Dimanche, 09 Mai 2010 11:30