COMITÉ DE LIGNE TOULON - LES ARCS (Septembre 2007) Imprimer
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Écrit par Administrateur   
Lundi, 03 Septembre 2007 21:03

Intervention de l'Association des Voyageurs du Moyen Var

lors du

COMITÉ de LIGNE Toulon—Les Arcs

À SOLLIÈS-PONT

Le 12 SEPTEMBRE 2007

- Constat d'une amélioration des fréquences (lire ), mais …

- Dégradation du service rendu par la SNCF

o Journée catastrophique du 2 janvier,

o Récidive en gare de Tende le 22 Juillet 2007

o Galère de mai et juin

o Témoignage d’un voyageur le 31 août 2007

o Inadéquation du service

o 2500 suppressions de trains par an (selon la CGT)

o Recours contentieux du Conseil Régional contre la SNCF

- Billetterie de plus en plus compliquée

o Billet un jour

o Futur billet

o Automates de distribution de billets peu pratiques et inadaptés

o Suppression du tarif carte "sénior" dans les TER

- Disparition du personnel en gare

o Vente de billets

o Assistance aux voyageurs

o Sécurité des voyageurs

o Incident du jeudi 9 Août 2007

o Abandon des voyageurs en cas de dysfonctionnement

- L’existence de deux réseaux entérinée

o Le réseau noble avec les TGV

o Le réseau de seconde zone, celui des navetteurs , à isoler du noble

- Améliorations sollicitées

o Transformation des marches haut-le-pied en marches commerciales

o Création d’une relation TER omnibus Toulon Les Arcs puis directe Cannes

o Réouverture des gares de la farlède et Du Muy

Constat d'une amélioration des fréquences, mais…

Les Comités de lignes permettent aux utilisateurs des transports de s'exprimer.

La population s'est exprimée également lors du débat public relatif à la LGV-PACA.

Il en est ressorti que très majoritairement, la population s'est prononcée :

- pour plus de TER

- et contre les gares excentrées.

Certes il y a plus de TER, mais on est loin des attentes de la population. Pourtant celle-ci réagit bien à toute augmentation d'offre. Mais il ne faut pas d'un autre côté mettre des freins à cette utilisation. Ce que nous verrons dans ce qui suit.

Dégradation du service rendu par la SNCF

· Journée catastrophique du 2 janvier

Le 2 janvier 2007 semble loin, mais ceux qui ont subi cette journée ne sont pas prêts de l'oublier. Dans le courant de l'après-midi il y a eu, selon l'expression pudique consacrée, un accident de personne en gare de Saint Chamas et suivant les us et coutumes tous les trains furent stoppés pour la bonne exécution de l'enquête. Aucune déviation par la Côte bleue n'a été opérée, ce qui aurait pu se faire.

Quand enfin les circulations ont pu reprendre, tous les trains eurent leur terminus à Saint Charles de sorte que les voyageurs à destination des gares comprises entre Marseille et Nice ne purent que se rabattre sur le Départ de 21H37constitué des trois caisses d'AGC diesel de retour à Nice.

Ce qui devait arriver arriva. Le train fut rempli à plus de X%, X étant largement supérieur à 100, en conséquence la SNCF refusa son départ pendant une heure et demie.

C'était tout à fait prévisible et la SNCF avait largement le temps et les moyens de prévoir une rame de deux ou trois TER2N à destination des Arcs, afin d’ absorber cette masse de voyageurs et de la faire s'arrêter aux gares TER pour lesquels des voyageurs auraient demandé un arrêt.

À minuit la gare des Arcs était encore dans l'incapacité de dire à quelle heure arriverait le train: "Il n'a pas encore quitté Marseille, consulter trafic info".

En fait la SNCF a résolu le problème en attendant que les voyageurs appellent de la famille, des amis ou des voisins et que le train se vide ainsi pour enfin le faire partir.

Il faut rajouter que "Trafic info" s'arrête à 21heures. Après 21 heures il n'y a plus de train en retard ni de dysfonctionnement selon la SNCF. …

· Récidive en gare de Tende

Le manque de respect du client n'est pas propre à la journée du 2 janvier 2007. Une autre journée de désillusion pour 70 voyageurs en gare de Tende. Le 22 juillet 2007, la SNCF gare de Nice vend des billets à destination de l'Italie par Tende alors qu'elle sait parfaitement que les FS (Chemins de fer italiens) sont en grève.

À Tende, il est annoncé qu'en raison de grèves sur les FS, le train n'ira pas plus loin et qu'il y a un retour pour Nice à 12h13 et 18h35.

À 18h35, 70 personnes attendent le train. Il n'y a pas un seul agent SNCF au guichet ni ailleurs. Les clients pensent que le train est en retard. Au bout d'une heure d'attente, certains appellent la Gendarmerie qui vient sur place et celle-ci cherche en vain à joindre la SNCF.

Le fait que même la Gendarmerie ne puisse joindre un responsable de la SNCF est très grave au point de vue sécurité. Ce fait est extrêmement inquiétant.

Parmi les voyageurs, il y a un bébé qui a faim et un conseiller municipal fait ouvrir une pharmacie afin que le bébé ait à manger.

Faute d'arriver à joindre la SNCF, la municipalité de Tende commande un car qui vient de la côte. Mais il n'a que 55 places et, devant les gendarmes, le chauffeur refuse les personnes en surnombre qui sont contraintes de rester –comment ? - à Tende.

Les voyageurs à destination de Sospel sont débarqués à Breil, car le car n'emprunte pas la route des cols et descend directement à Vintimille par la vallée. Les naufragés du rail prennent le dernier train à destination de Cannes.

Est-ce de cette façon que la SNCF cherche à nous faire préférer le train ?

· Témoignage d’un voyageur le 31 août 2007

Le 31/08/09, j'ai reçu par SMS une alerte TER annonçant de 40 min à 1h de retard sur le TER venant des ARCS et l'annulation de celui de HYÈRES (je prends mon train vers 8h 08), pour aller travailler c'est bien pratique !

J''ai été obligée de prendre ma voiture pour descendre à TOULON afin d’être à l'heure, ce qui a entraîné double frais de transport : ceux de l'abonnement mensuel au TER et ceux de ma voiture.

Je ne sais pas vraiment ce qui s'est passé. Êtes-vous au courant et pouvez-vous me donner la cause ?

La SNCF, ne pourrait-elle pas nous proposer des solutions (transport bus ?) en même temps que l'alerte TER. Cela m'a ennuyée et je ne suis pas allée à la gare SNCF, sachant que lorsque la SNCF pose problème, cela risque d’être "dur" et que je ne pourrais être à l'heure à mon travail.

· Galère de mai et juin

La galère que les clients navetteurs ou non de la SNCF ont dû subir en mai et juin 2007 a provoqué une pétition de plus de 2400 signatures que nous vous remettons officiellement aujourd'hui devant presse et témoins.

Nous demandons pour les navetteurs un dédommagement supérieur à l'aumône qui leur a été faite.

Dès la deuxième semaine, notre Association avait attiré l'attention du Conseil Régional sur ce conflit perlé qui semblait devoir s'éterniser et qui a duré plus que ne pouvaient supporter les clients. Suivant nos sources, ce n'est que la cinquième semaine que le Conseil Régional a pris contact avec la direction de la SNCF pour que cesse ce conflit.

Ce n'est pas encore de cette façon que la SNCF fera aimer le train, alors que les TGV ont roulé sans aucune perturbation. Il est donc clair pour les usagers que le service TER est volontairement sacrifié et saboté malgré les millions d'Euros injectés par le Conseil Régional avec l'argent du contribuable.

· Inadéquation du service

Aujourd'hui, le Comité de Ligne auquel nous participons se tient à SOLLIÈS-PONT. Qui peut dire être venu en train et repartira sur sa gare en train ?

Prenons l'exemple d'un salarié rentrant de Marseille sur La Garde. Par son train habituel il peut arriver à Solliès-Pont. Comment après cette réunion peut-il retourner sur La Garde ?

Venant du Luc, la personne, avec un peu de chance, pourra prendre le train de retour à 19h57, mais pour venir elle aura dû quitter Le Luc à 12h41 et passer l'après midi à Solliès-Pont.

En conséquence toutes les personnes ici présentes n'habitant pas les Solliès sont tributaires de la voiture.

Nous sommes loin d'un service public au sens où nous l'entendons.

· 4000 suppressions de trains en 6 mois (Déclaration faite dans Nice-Matin)

La Région annonce 4000 suppressions de trains TER en 6 mois. Nous ne pouvons confirmer ce nombre, mais ce que nous savons c'est que nous subissons trop de suppressions de trains principalement aux heures d'affluence.

Les utilisateurs font trop souvent les frais des difficultés de dialogues au sein de l'entreprise, génératrices de perturbations et leurs occasionnant des frais non prévus.

Les indemnités accordées aux abonnés pour les mois d'Avril, Mai et Juin 2007 ne sont pas à la hauteur des désagréments.

· Recours contentieux du Conseil Régional contre la SNCF

En raison de la désorganisation des circulations des TER sur la période Avril, Mai, Juin 2007, le Conseil Régional a-t-il déposé un recours gracieux contre la SNCF ?

Si oui quel en est le résultat ?

Billetterie de plus en plus compliquée

· Billet un jour

Les billets du STIF de la Région Parisienne sont valables un jour, mais un jour quelconque. Ils peuvent être achetés en avance, à l'unité ou par dix. Ils sont d'un emploi convivial.

Ce n'est pas le cas des billets TER de PACA dont le jour de validité doit être prédéterminé. Ils sont perdus en cas d'ajournement du voyage pour une raison quelconque, même indépendante du client, cas de retard ou d'annulation du train. Cet état de chose est ressenti comme une spoliation par les clients et crée un frein à l'usage du train.

En aucun cas, cette mesure impopulaire n'a fait diminuer la fraude, même si elle a créé dans un premier temps une recette factice. Ceux qui furent pris préfèrent maintenant voyager sans billet plutôt que de le voir perdu.

· Futur billet

La Région prépare une nouvelle billetterie qui sera mise en place ce dernier trimestre dans la région niçoise puis l'an prochain sur les lignes du Var.

Si cette billetterie semble adaptée aux abonnés du travail ou scolaire, elle nous semble complètement inadaptée aux voyageurs n'entrant pas dans ces catégories. Il nous semble qu'elle sera un frein à l'usage des TER et un handicap certain pour les voyageurs occasionnels et pour ceux ayant correspondance avec les trains de Grandes Lignes (GL).

Cette modernisation à base de carte magnétique ou électronique (très à la mode actuellement) rebutera beaucoup.

Elle concrétisera encore un peu plus la séparation hermétique existante entre les réseaux GL et TER.

L'argent utilisé à cette modification des appareils de vente et de validation ne sera pas utilisé à accroître la fréquence, ce que demandent pourtant les clients.

· Automates de distribution de billets peu pratiques et inadaptés

Les automates de distribution de billets sont loin d'être pratiques. Ils ne distribuent les billets que pour un petit nombre de destinations et souvent ne permettent pas d'obtenir le billet désiré. Ils sont inutiles quand dans le trajet il y a un parcours en TGV ou TEOZ, ce qui arrive souvent en PACA. (Exemple : départ Marseille par TEOZ 16H53, arrivée Le Luc 18H33 par TER).

· Suppression du tarif carte "sénior" dans les TER

D'après les sources que nous avons, la SNCF envisage de ne plus honorer les cartes "sénior" dans les TER. Nous ne savons si c'est une décision des régions ou de la direction de la SNCF.

Si cela se concrétise, il n'y a pas mieux pour promouvoir la voiture. En effet si la carte "sénior" ne sert plus qu'aux trains grandes lignes, sa rentabilité s'émousse au point qu'elle ne présente plus d’intérêt et que c'est en voiture que s'effectueront les trajets tant locaux que nationaux. Avec la voiture il n'y a pas l'herméticité qui est volontairement créée entre les deux réseaux TGV et traditionnel.

Disparition du personnel en gare

· Vente de billet

De plus en plus, la SNCF ferme les guichets TER aux heures de plus grande affluence pour les ouvrir en horaire de bureau. Ainsi les voyageurs des TER trouvent les guichets fermés et ne peuvent acheter leur billet. Nous vous rappelons que les automates distributeurs de billets ne peuvent satisfaire toutes les demandes. Le voyageur se trouve sans billet et sans réservation pour un éventuel emprunt local de TGV ou TEOZ.

Par contre, les gares TER deviennent ainsi distributrices de billets nationaux aux frais de la Région et les utilisateurs de TER ne peuvent plus acheter leur billet dans leur gare. En raison du billet valable un jour donné, les billets régionaux ne sont plus achetés à l'avance.

Il faut arrêter de mettre un frein à l'usage des TER.

· Assistance aux voyageurs

L'absence d'agent SNCF aux heures où passent les trains entraîne qu’il n'y a plus d’assistance aux voyageurs, plus d'informations, plus de vente de billets et surtout, le voyageur est isolé. Se reporter à l'incident Gare de Tende.

· Sécurité des voyageurs

La présence de personnel SNCF en gare a souvent évité des accidents mortels de voyageurs, principalement en cas de désheurement de trains croiseurs. Nous en avons été plusieurs fois témoins.

· Incident du jeudi 9 Août 2007

Le jeudi 9 Août 2007 vers 17 heures, des incendies en chapelet se sont déclarés dans le Var le long de la ligne Saint Raphaël – Toulon. On a d'abord pensé à une action orchestrée. Mais après enquête il s'est avéré que ces incendies avaient été provoqués par un train de fret venant de Cannes dont un wagon avait les freins serrés. Le jet d'étincelles résultant du frottement des semelles de freins sur les roues mettait le feu le long de la voie. Une maison et deux voitures auraient été détruites.

La SNCF ayant supprimé les agents dans les gares, personne n'a pu s'apercevoir de l'anomalie, comme cela aurait fait dans le passé. Pire, le détecteur de boîtes chaudes entre Le Muy et les Arcs n'a rien signalé.

L'absence de personnel met en danger les biens et les personnes. L'automatisme et l'électronique sont incapables de palier à un dysfonctionnement non prévu. La présence d'hommes reste indispensable et obligatoire.

· Abandon des voyageurs en cas de dysfonctionnement

Sans personnel dans les gares, le remboursement des billets non utilisés et non utilisables en raison du retard ou de la suppression du train n'est plus possible. C'est un véritable vol pour le voyageur dont le voyage est de ce fait annulé (Billet Le Luc – Pas des Lanciers 38 Euros).

L'incident de la gare de Tende démontre aussi que seule la présence humaine est apte à résoudre les impondérables. Sans agent SNCF, les utilisateurs des trains sont mis dans des situations inacceptables. La SNCF se dégage de toutes ses obligations contractuelles.

Est-ce ce que veut la région ?

Concrétisation de deux réseaux hermétiques

· Le réseau noble avec les TGV

Il ne fait aucun doute que la concrétisation de deux réseaux hermétiques le réseau noble avec le TGV et le réseau "laissé pour compte" se confirme avec malheureusement l'accord et l'acquiescement des élus.

Dans tous les autres pays européens, les trains type TGV et les trains classiques et régionaux s’arrêtent dans la même gare, au même lieu. Les gares sont superposées et le passage de l'une à l'autre se fait sans difficulté.

La France se distingue par des gares déconnectées, ce qui est un frein efficace à l'usage des trains et au développement harmonieux entre les deux types de transport.

Que veut la Région ?²

· Le réseau sans gloire, celui des navetteurs, à isoler du noble

Il ne faut pas isoler les trains des navetteurs des autres trains par la localisation des gares et par une billetterie incompatible car les TER assurent la diffusion en surface des clients des TGV et des TEOZ. Le report de la route sur le rail ne pourra se faire que si la billetterie est compréhensible par les nouveaux clients potentiels peu habitués aux errements de la SNCF, par une création de trains régionaux (TER-GV) entre les métropoles et par une correspondance fine entre ces TER-GV et les TER omnibus dans ces métropoles afin d'assurer une couverture efficace de transport dans la région.

A défaut de cela, le règne du tout voiture a de beaux jours devant lui.

Améliorations sollicitées

· Transformation des marches haut-le-pied en marches commerciales

La section de ligne Toulon – Les Arcs est loin d'être saturée. Ne pourrait-on pas transformer les circulations haut-le-pied (matériel vide) des TER2N en marche commerciale ? Cela pallierait aux insuffisances sans augmenter outre mesure les coûts puisque les circulations se font déjà.

Ces insuffisances touchent aussi la gare des Arcs vers la Côte d'Azur : les relations TER le matin sont succinctes et il faut prendre les trains de nuit, de même pour le retour le soir. Et gare à l'abonné qui sera pris par le contrôleur, il aura droit à l'amende de 35 Euros.

· Création d’une relation TER omnibus Toulon Les Arcs puis directe Cannes

La création d'un Toulon - Côte d'Azur[1] le matin, omnibus de Toulon à Saint Raphaël et direct de Saint Raphaël à Cannes est impérative de même que son retour le soir suivant le même schéma


· Réouverture des gares de La Farlède et Du Muy


Le Muy est en plein développement et les besoins de transport de et sur La Farlède sont de plus en plus forts.






[1] Que le terminus de ce train et l'origine de son retour soient Cannes nous convient parfaitement car au delà il y a abondance de TER pour Nice et Grasse.


Mise à jour le Mardi, 08 Juillet 2008 11:41